Edwidge Danticat

À livre ouvert avec Edwidge Danticat

 Par la FOKAL

Port-au-Prince, le 26 août 2015


« C’est peut-être la cinquième fois que  j’ai lu ce livre »,  nous dit Edwidge Danticat, sourire aux lèvres. Elle pense à « Beloved » de Toni Morrison, sa dernière lecture avant son passage en Haïti en juillet 2015. L’écrivaine américaine d’origine haïtienne, très attachée à ses racines, était de passage à FOKAL où elle a été reçue pendant une semaine du lundi 20 au vendredi 24 juillet.  

« Je suis en train d’écrire un long essai sur l’art d’écrire la mort dans la littérature ». Voilà ce qui explique pourquoi elle a tant de fois relu Beloved.

Des livres qui l’ont marquée

Ses références de lecture tant anglophones que francophones sont diverses : avec des auteurs d’Haïti et d’ailleurs, notamment les Etats-Unis où elle a immigré à l’âge de douze ans. Au début de son adolescence, elle lut deux des trois livres parmi ceux qui l’ont le plus marquée : Madeline de Ludwig Bemelmans, dans une version française offerte par son oncle et Amour, colère et folie de Marie Vieux Chauvet.  « Je l’ai lu quand j’avais quatorze ans aux Etats-Unis, c’est la première fois que j’ai lu Marie Vieux Chauvet ». Sans oublier, I know why the caged bird sings de Maya Angelou, le premier livre qu’elle a lu en anglais. 

Amour, colère et folie, dont le manuscrit a été lu par Simone de Beauvoir qui soutient sa publication aux Éditions Gallimard en 1968, est un « texte crépitant d’intelligence, précis et violent. […] Son roman est devenu avec le temps le grand roman des années noires de la dictature de Duvalier…», écrit Dany Laferrière.

Très versée dans les réflexions sur la situation des immigrés, notamment les Haïtiens en République dominicaine, l’écrivaine a récemment publié plusieurs articles dans The New Yorker et ne néglige pas la littérature haïtienne et dominicaine sur la problématique de la migration, de la dictature et de la séparation. Elle cite Le peuple des terres mêlées de René Philoctète, Compère Général Soleil de Jacques Stéphen Alexis, Gouverneur de la rosée de Jacques Roumain, The brief wondrous life of Oscar Wao de Junot Diaz, In the time of butterflies de Julia Alvarez

Recommandations de lecture

Ses genres préférés : la fiction et l’autobiographie. « J’adore la fiction parce que parfois on se retrouve là-dedans. Mais j’aime aussi la fiction qui nous fait nous échapper, qui nous fait rêver », dit-elle. Avant d’ajouter : « Ici en Haïti, on est chanceux parce qu’on a beaucoup d’écrivains de fiction ».  

Sans vouloir s’arrêter sur des auteurs en particulier, elle recommande de traverser toute une littérature avec un écrivain. « Je recommande d’une façon générale cette pratique de lecture. J’aime bien me donner la tâche de lire toute l’œuvre d’un écrivain : du commencement jusqu’au  plus récent livre ».


Œuvres principales d'Edwidge Danticat 

Romans :

Breath, Eyes, Memory, New York: Soho Press, 1994; New York: Vintage Books, 1995 ; traduit en français par Nicole Tisserand : Le cri de l'oiseau rouge, Paris, Pygmalion, 1995.

The Farming of Bones. New York: Soho Press, 1998; Penguin, 1999 ; traduit en français par Jacques Chabert : La récolte douce des larmes. Paris, Grasset, 1999.

Claire of the Sea Light. New York: Knopf, 2013 ; traduit en français  par Simone Arous : Pour l'amour de Claire. Paris, Grasset, 2014.

Récits :

After the Dance, A walk through Carnival in Jacmel, Haiti. New York: Crown, 2002 ; traduit en français par Jacques Chabert : Après la danse, au cœur du carnaval de Jacmel, Haïti. Paris, Grasset, 2004.

Brother, I'm Dying.  New York: Knopf, 2007 ; traduit en français par Jacques Chabert : Adieu mon frère. Paris, Grasset, 2008.

Nouvelles :

Krik ? Krak !. New York: Soho Press, 1995 ; New York: Vintage Books, 1996 ; traduit en français par Nicole Tisserand : Krik ? Krak !. Paris, Pygmalion, 1996.

The Dew Breaker, New York: Knopf, 2004 ; 2004, traduit en français par Jacques Chabert : Le briseur de rosée. Paris, Grasset, 2005.

Anthologies :

The Beacon Best of 2000 : Great Writing by Women and Men of All Colors and Cultures. Edited by Edwidge Danticat. Boston: Beacon Press, 2000.

The Butterfly's Way : Voices from the Haitian Dyaspora in the United States. Edited with an introduction by Edwidge Danticat. New York: Soho Press, 2001.

Haiti Noir. Edited by Edwidge Danticat. Brooklyn: Akashic Books, 2011.

Littérature pour la jeunesse :

Behind the Mountains : the Diary of Celiane Espérance. New York: Orchard Books, 2002.

Anacaona, Golden Flower. New York: Scholastic, 2005.

Célimène, Conte de fée pour fille d'immigrante (traduction en français par Stanley Péan, illustré par Mance Lanctôt). Montréal: Mémoire d'encrier, 2009.

Eight days : a story of Haiti. London: Orchard, 2010.

Essais :

Create Dangerously : The Immigrant Artist at Work. Princeton: Princeton University Press, 2010 ; traduit en français par Florianne Vidal : Créer dangereusement, l'artiste immigrant à l'œuvre. Paris, Grasset, 2012.

Traductions :

In the Flicker of an Eyelid. (L'espace d'un cillement.) de Jacques-Stephen Alexis. Traduction avec Carrol F. Coates. Charlottesville: University of Virginia Press, 2002.

 Prix et Distinctions

1994    Fiction Award, The Caribbean Writer.

1995    National Book Award finalist, pour Krik? Krak!

1995    Pushcart Short Story Prize.

1996    Best Young American Novelists Award pour Le Cri de l’oiseau rouge (Breath, Eyes, Memory) par Granta.

1999    American Book Award, pour La récolte douce des larmes (The Farming of Bones).

1999    Prix Carbet de la Caraïbe, pour La récolte douce des larmes (The Farming of Bones).

2002    Prix Gouverneur de la Rosée du Livre et de la Littérature, représentante de la diaspora. Ministère de la Culture, Haïti, pour l'ensemble de son œuvre.

2005    Story Prize (first annual prize for a collection of short fiction), pour Le Briseur de rosée (The Dew Breaker).

2008    National Book Critics Circle Award (NBCC 2007) in autobiography, pour Adieu mon frère (Brother, I'm Dying).

2009    Best of Brooklyn Award, au Brooklyn Book Festival.

2009    MacArthur Foundation ("Genius") Grant.

2011    Langston Hughes Medal, pour ses contributions distinguées aux arts et lettres.

2013    Grand Prix de l'Association des Écrivains de la Caraïbe, pour Créer dangereusement (Create Dangerously).

Enregistrements :

The Farming of Bones. Lu par Rebecca Nicholas. Books on Tape, Inc., 1999.

 

Source : FOKAL

Sous-pages (1) : Edwidge Danticat.2