Saint-John Perse

Saint-John Perse : le poète en exil

Une vie une oeuvre

 

À écouter sur Franceculture.fr 


En 1995, « Une vie une œuvre » consacrait une émission à Saint-John Perse intitulée « Le poète en exil ». On y entend la voix du poète et de nombreuses analyses sur son oeuvre ainsi que des lectures par Michael Lonsdale.

 

Saint-John Perse, Prix Nobel de littérature, suède, 1960. • Crédits : OZKOK - Sipa

L'exil perpétuel qui jalonne la vie de Saint-John Perse aura été le fondement même de sa poésie. L'éloge est le mode sur lequel il exprime ce qu'il appelle « la terre arable du songe ». L'exil aura commencé tôt : né en Guadeloupe en 1887, il revient en métropole avec sa famille qui s'installe à Pau, alors qu'il n'est pas encore adolescent. Devenu diplomate, il part en Chine pendant cinq ans, et ce sera pour lui l'occasion d'élargir les paysages humains les plus divers et d'étoffer l'épopée du monde, ce qui fera la force de ses écrits. Une carrière politique - il s'appelait Alexis Léger - le mènera des plus hauts postes de l'État (il sera secrétaire général du Quai d'Orsay après avoir travaillé avec Aristide Briand), jusqu'à la déchéance nationale due à l'instauration du régime de Vichy. Alors, un nouvel exil aux Etats- Unis - forcé - marquera la fin de ce personnage public et l'éclosion définitive du poète Saint-John Perse, auréolé par la remise du Prix Nobel en 1960. « Exil », « Pluies », « Neiges », « Amers », « Chronique » seront les différentes étapes de cet univers qu'il a reconstitué dans une fête du langage : le lien entre l'homme et le monde passe par une présence immanente du sacré. Le dernier exil, son départ de ce monde, se fera dans la discrétion en 1975.

L'émission insiste avant tout sur le visage du poète et non sur celui du diplomate. La parole est largement donnée aux poèmes de cet auteur de l'exil. Un montage d'entretiens donne la parole à des spécialistes de l'oeuvre : Édouard Glissant, Antoine Raybaud, Lucien Clergue, Olivier Germain-Thomas, Joëlle Gardes-Tamine, Mireille Sacotte.

Avec les voix de Saint-John Perse et d'André Malraux lorsque ce dernier lui remet le Prix national des lettres, une archive de 1959.



Textes dits par Michael Lonsdale et Sonia Emmanuel.

   Production : Bénédicte Niogret

   Réalisation Jean-Claude Loiseau

   1ère diffusion : 23/02/1995

   Indexation web : Sandrine England, documentation de Radio France

Archive INA-Radio France

 

Intervenants :

   Saint-John Perse

   Edouard Glissant

   Antoine Raybaud : poète

   Lucien Clergue : photographe

   Olivier Germain-Thomas

 

Source : Franceculture.fr